Premières broderies

Ce n’est pas faute de ne rien faire, mais j’ai du retard dans mes publications.

Bref, voila mon travail du weekend dernier (un weekend pour le faire, un weekend pour publier…)

Inspiré du travail d’Alabama Chanin, notamment basé sur le travail de broderie sur jersey associé à la technique des appliqués inversés. En réalité, la « philosophie » d’Alabama Chanin se repose sur la slow couture, avec des vêtements en  jersey  ‘décorés’ et assemblés entièrement à la main. Là, je n’ai pas eu encore le courage prendre le temps de tout faire à la main, donc l’assemblage je l’ai fait avec ma toute nouvelle surjeteuse BabyLock Ovation !! (oui aussi une excuse pour la tester pour la première fois !!)

J’avais déjà parlé ici des jerseys de la Cantate du Chanvre. L’été d’il y a deux ans, dans une folie colorée, j’avais acheté plusieurs mètres de jersey chez eux, tous plus chatoyant les uns que les autres…mais finalement, je porte essentiellement du gris et du noir, j’ai donc repoussé leur utilisation. Et puis, après avoir déménagé tous ces mètres de tissus (1/2 du total de mes cartons consacrés à la couture pardi!!), j’ai pris la décision de les écouler au plus vite. Ajouter à cela mon emménagement en contrées froides, j’avais un cruel besoin de tee-shirt à manches longues.

J’ai donc utilisé une partie de mon coupon de jersey épais orange vif en chanvre/coton 220-240 g/m². Ce jersey est dense, et pas du tout extensible (il a une très bonne tenue). Il est donc particulièrement adapté aux méthodes d’Alabama Chanin. Notez toutefois que depuis, la Cantate du Chanvre propose des jersey épais de 210  g/m², filé et tissé en Belgique (une partie de la production est donc plus locale a présent), et que cette nouvelle fabrication donne des jersey infiniment plus doux et fluides et EXTENSIBLE (attention, comme il n’y a pas d’élasthane, ce n’est pas ELASTIQUE). C’est donc chouette !

Bref ce jersey super-flash avait définitivement besoin d’être adoucit – j’ai donc doublé tout l’avant du tee-shirt avec du jersey couleur ‘naturel’ (beige) récupéré sur  un tee-shirt promotionnel en coton bio.

Je suis partie du patron « Plantain » de Deer&Doe, qui est une bonne base de tee-shirt a encolure dégagée. J’ai cependant redessiné le corps selon un tee-shirt du commerce pour faire un tee-shirt ajusté et non flottant, afin de mieux s’adapter à la raideur de mon tissus (qui en plus est accentué par le doublage intégral avec le jersey beige). J’ai aussi élargi les manches depuis les mi-bras, pour donner de l’ampleur aux coudes (et éviter l’effet poches en fin de journée) en évasant jusqu’en bas des manches pour pouvoir faire des bracelets froncés.

Et voilà le travail !

plantain_ofeuilles_avt1

plantain_ofeuilles_profil1

plantain_ofeuilles_dos1

J’ai tracé les motifs à main levée. Les broderies sont faite avec du coton perlé DMC achetés sur une brocante. Quelques touches de fil doré permettent de structurer le vide à l’intérieure des plus grosses feuilles.

plantain_ofeuilles_avt2

Et conformément à ma décision d’appliquer la règle du « 1 tee-shirt, 1 culotte », je lui ai fait une culotte assortie !

plantain_ofeuilles_bas1

Je suis partie de mon patron de base copié sur des vieux shorty H&M (achetés au lycée…c’est pour dire !!). Pour éviter que l’arrière ne se détende en cours de journée, j’ai pris des élastiques transparents dans les bordures, mais sans beaucoup le tendre, pour ne pas froncer (ni cisailler le gras !)

plantain_ofeuilles_bas4

plantain_ofeuilles_bas3

Pour plus de confort, j’ai fait une large ceinture – simplement composé d’un élastique souple et large (2,5 cm) pas du tout spécifique à la lingerie, glissé dans une ceinture repliée en jersey contrastant.

plantain_ofeuilles_bas2

Oui, il faudrait que je songe à rentrer mes fils de broderie…

Bon ça fait une culotte bien épaisse, pas forcément discrète sous un pantalon ultra-slim, mais bien couvrante, ce sera parfait sous une jupe ou une robe.

Au final, bien que ultra-orange, j’aime beaucoup mon nouvel ensemble. En revanche, je me rend compte que j’aime bien plus le rendu des broderies de ma culotte, plus fines et élaborées… A retenir pour les prochains ouvrages !

Bon la prochaine fois, c’est décidé j’applique cette technique à un des modèles du livre d’Alabama Chanin « Alabama Studio Style » !

Pour qu’Amandine se développe

Les Trouvailles d’Amandine, c’est une petite entreprise (de deux personnes !) qui conçoit, fait fabriquer et commercialise aux professionnels et particuliers des tissus bio. Tout le processus, de la conception à la fabrication (en dehors de la culture du coton bien sur!) est réalisé en France, dans des conditions les plus respectueuses possibles de l’environnement.

En plus de ses engagements sociaux et environnementaux, cette entreprise fabrique des tissus magnifiques d’une excellente qualité. Leurs collections sont visibles sur le site de la marque, mais comme il est actuellement en réactualisation, vous pouvez aussi les voir sur leur pinterest sur lequel vous trouverez les collections mais aussi de magnifiques réalisations faites à partir de leurs tissus.

Je vous parle aujourd’hui d’Amandine parce que pour se développer et faire l’acquisition  d’une machine leur permettant de simplifier et d’automatiser une étape très chronophage de leur procédé, l’entreprise a lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKiss BankBank.

Si la relocalisation de l’industrie textile vous parle, si vous vous sentez concernés par l’impact environnemental et social  de ce que vous cousez/portez ou si simplement vous aimez les jolis tissus de qualité, allez faire un tour ici, Amandine y explique bien mieux que moi son projet et ses ambitions. Il reste encore 21 jours pour soutenir à cette aventure industrielle !

En plus, les contreparties sont hyper chouettes, l’occasion de découvrir leurs tissus, et de découvrir la nouvelle collection de la marque de patrons Pauline Alice. Pour ma part, j’en ai profité pour avoir l’excuse de prendre 5 mètres de tissus (Le rêve !!!)

Dans le ciel

Pour noël j’avais deux petits bouts d’choux à gâter…

MobileAnge(1)

MobileAnge(2)

MobileAnge(3)L’ange a été fabriqué en fibres de sisal et feuilles de bananier au Kenya et acheté au Marché de Noel du Baobab à Grenoble. J’ai fait les étoiles à partir de ce tutoriel. Il faut en faire quelques unes pour avoir le coup de main, mais une fois qu’on a pris le coup de main, ça se fait tout seul. – surtout quand on a quelques petits lutins pour nous aider autour d’une tasse de thé ! Les grues, je les ai faites à partir du schéma qui figurait sur le paquet de papier à origami ramené du japon par ma mère.

MobilePapillons(2) MobilePapillons(1)MobilePapillons(3)

J’ai utilisé ce tutoriel pour réaliser les papillons. A deux (un qui coupe et un qui coud les rectangles et les retourne), ça va relativement vite, et c’est plié en 30 secondes ! Les perles en bois viennent d’un lot de perles que j’avais quand j’étais petite.

Les petits habits c’est mimi, mais ça passe vite… j’espère que ces mobiles les accompagneront longtemps !

 

 

La robe Peter Pan

Lorsque le sujet du concours « Art Cousu » est sorti sur T&N, j’étais en train de chercher une tenue pour un mariage qui devait se tenir le 8 novembre ! Autant dire qu’à cette date, le facteur météo est primordial dans le choix de la tenue…

L’idée du concours est de s’inspirer d’une oeuvre d’art pour créer un vêtement… Mais on ne peut pas dire que j’ai été marquée par beaucoup d’œuvres d’art dans ma vie. En fait, il n’y en a que deux qui me sont venues à l’esprit : Coquelicots de Monet, et la statue de Peter Pan qui se trouve au Kensington garden à Londres.

tmp_4fd3275267a4a795d995f76134f51438

« Coquelicots – Claude Monet 1873 »

 Autant dire que l’oeuvre de Claude Monet, bien qu’ayant bercé ma jeunesse, ne m’inspirait pas grand chose qui corresponde à un temps automnale de Novembre…

La statue de Peter Pan, qui se trouve au Kensington garden à Londres a été imaginée par l’écrivain de Peter pan, J.M Barrie, et fut concrétisée par l’artiste George Frampton en 1906. Je l’ai découverte lors de mon premier voyage à Londres lorsque j’avais environs 8 ou 9 ans, et elle m’avait énormément marquée, avec ses petits détails d’animaux de la forêt et d’êtres féeriques…Je vous laisse juger !

PeterPan_KensingtonGarden

Photo provenant du site de Timothy Byford http://www.timothybyford.com/

PeterPan_KensingtonGarden(3)

Photo provenant du site de Timothy Byford http://www.timothybyford.com/

PeterPan_KensingtonGarden(1)

Photo provenant du site de Timothy Byford http://www.timothybyford.com/

PeterPan_KensingtonGarden(2)

Photo provenant du site de Timothy Byford http://www.timothybyford.com/

J’aime cette ambiance de foret où se dissimulent de petits êtres et créatures, fantastiques ou non. J’ai donc voulu me faire une robe qui pourrait également m’évoquer cette ambiance. Une petite robe de laine, une jolie ceinture ornée d’entrelacs…un certain côté petit lutin même, que j’affectionne particulièrement.

J’ai utilisé une flanelle de laine verte récupérée sur une djellaba ramenée du Maroc lors d’un voyage familial.

PeterPan_avt

Prise un peu par le temps, j’ai encore exploité une valeur sure : la robe 108 du Burda de Mai 2011 utilisé ici et . J’ai simplement redessiné l’encolure pour avoir un dos fermé et une encolure en V. Comme pour la robe tapisserie j’ai remplacé la jupe à fronces par une jupe triangle reprise d’un autre patron, le New look 6557.  En revanche, de manière à avoir quelque chose de plus ajusté, j’ai approfondi les pinces du dos de 1 cm chacune, enlevant ainsi 4 cm en tout à la taille.

J’ai gardé une marque de la djellaba en conservant les cordelettes décoratives du devant sur ma robe. Comme la djellaba manquait d’ampleur, j’ai dut ruser un peu et couper les jupes devant et dos en 3 parties pour avoir l’ampleur nécessaire.

Place aux photos ! Mais la robe n’a que moyennement apprécié le voyage en voiture jusqu’à la forêt…désolée pour les plis…

PeterPan_coté(2)

PeterPan_coté(1) PeterPan_coté(3)

PeterPan_Dos(2)

PeterPan_Dos(1)

PeterPan_Detail(1)a
PeterPan_Detail(2)

PeterPan_Detail(4)

Le buste est entièrement doublé, parce que oui la laine à même la peu, c’est pas terrible…. et je me suis inspirée des finitions de la djellaba d’origine pour les valeurs de couture de la jupe : j’ai rabattu toutes les marges par des points invisibles à la main.

PeterPan_Detail(6) PeterPan_Detail(5)

Bien sur, pour un mois de novembre, la robe sans manche n’est pas suffisante, mais avec un sous-pull ou une petite veste elle a parfaitement fait l’affaire pour le jour J !

PeterPan_Dos(3) PeterPan_Avt(2)

La robe tapisserie

A la base de ce projet, il y avait un tissus. Un des premiers que j’ai acheté, à mes tout débuts, et le plus chère que j’avais acheté jusqu’alors. Cela explique que j’ai mis presque 4 ans à oser couper dedans…

Cerisier_TissusJ’ai complètement craqué sur ce tissus, qui était pourtant au rayon ameublement…Mais ces fleurs peintes au pinceau sur le tissus, vraiment, impossible de résister ! Sa raideur a d’autant plus reporté son utilisation car j’avais peur de me tromper de forme et de me retrouver avec quelque chose d’importable car trop raide. Je m’était même résignée à l’utiliser en décoration intérieure sans jamais prendre le temps de le faire…

Heureusement car ce tissus, qui a donc passé 3 ans et demi et deux déménagements dans mon placard, est devenu robe cet été!

Un mariage en Juillet, un patron déjà testé est validé sur de la popeline relativement raide (ici)… Je n’avais plus d’excuses!

Cerisier_Dos(1)

Cerisier_Profil(1)

Cerisier_Detail(2)

J’adore cette robe ! En revanche, je n’arrive pas à me décider comment la porter… Sans ceinture? Avec une ceinture rose? Une ceinture bleue? Je n’arrive vraiment pas à faire un choix…

Cerisier_Versions

J’ai fait en sorte de soigner mes finitions – notamment en mettant du biais le long de mes marges de couture et passant du temps à fixer le bas de la doublure à la main. L’ourlet du bas est aussi fait à l’aide d’un biais car j’avais peur de galérer a faire un joli arrondi avec un tissus raide comme cela. Bon il faut aussi dire que j’avais un grand coupon du voile de coton rose qui m’a servi de doublure, et comme cette couleur n’est pas de celles que je porte tous les jours, j’ai profité de ce projet pour utiliser le plus possible de ce coupon histoire de libérer mes placards…

Cerisier_Detail(3)

Question technique, j’ai utilisé le modèle 108 du Burda de Mai 2011 en taille 17 en allongeant le buste de 5 bons centimètres car le patron est en taille courte. J’ai déplacé la fermeture éclaire sur le côté car je trouve que le décolleté du dos est plus net comme ça, et en plus, je n’avais pas de fermeture éclaire invisible sous la main.

Cerisier_Detail(1)

Ceci dit, j’ai l’étonnante capacité de poser les fermetures éclaires classiques de manière bien plus discrète que les fermetures éclaires invisibles… Si quelqu’un à une explication…je suis preneuse !

J’ai aussi changé la jupe pour une jupe triangle prise sur un autre patron, car les fronces ou les plis sur ce tissus, je ne le sentais pas!

Et voila donc une nouvelle robe dans mon placard, déjà portée plusieurs fois depuis le fameux mariage !

On prend les mêmes et on recommence

Encore du plumetis-résille noir, et encore du jersey noir…Cette fois-ci en robe!

J’ai de nouveau utilisé un tee-shirt du commerce que j’aime bien pour dessiner le contour de la robe, et j’ai improvisé pour l’encolure…Pas de papiers à patron, pas de mesures, du total freestyle! Y’a pas à dire, pour ça le jersey c’est top!

Le jersey vient de La Cantate du Chanvre. Il est composé de coton (95%) et spandex (5%). Le coton est issu de l’agriculture biologique bien sûr. Pour ce qui est du spandex…humhum…Le tout est  filé, teinté et tissé chez nos voisins portugais. L’avantage est que grâce au spandex, il permet de faire des formes plus ajustées.

Pour tester le tissus j’en avais pris « que » 2m. Oui au prix où il était, j’allais pas me priver, d’autant que du jersey noir, on en a jamais assez! Mais entre cette robe et le tee-shirt à manches longues que je vous présenterais un autre jour, les 2m ont vite filé…j’ai profité des soldes pour en re-commander 3 autres mètres! Avec ça j’espère avoir laaaargement de quoi réaliser tous mes vêtements noirs pour les 3 prochaines années….

RobeResille_Avant1

RobeResille_Coté2 RobeResille_Coté1RobeResille_Dos1

L’encolure et les emmanchures sont finies avec une bande de jersey installée à cheval à la manière d’un biais classique, fixé au point invisible à la main (un point invisible sur du jersey noir… je n’ai vraiment aucun mérite!)

RobeResille_detail

Bon cette robe était promise à un bel avenir…jusqu’à ce que j’oublie d’étendre le linge qui est resté dans la machine à laver 24h (3615 MaLife…). Alors que les vêtements en matières naturelles (coton et chanvre) n’ont pas bronché, les textiles synthétiques, dont le plumetis noir de la robe) ont pris une odeur de moisi terrible…j’ai encore espoir de récupéré la cata à l’aide de lavages successifs et bains de bicarbonate de sodium m’enfin là c’est pas encore ça….j’espère que ça ne causera pas la fin de la courte vie de ma robe!

Bis repetita…

Et voila! Je vous avais dit que j’avais beaucoup aimé ce modèle que j’avais réalisé en rouge, du coup j’ai réitéré! J’ai fait quelques toutes petites modifications par rapport à la première fois : j’ai remonté légèrement le décolleté en enlevant 1cm au niveau des coutures d’épaules (sur le haut ET la parmenture, ce qui était un peu bête parce que du coup ça resserre les emmanchures…La prochaine fois je m’y prendrai autrement!!). Le décolleté est du coup plus « corfortable » (ie: pas de question à se poser sur l’état du balcon quand on se penche. J’ai aussi raccourcit de 5cm la tunique, et, même si c’est peu de différence, j’ai comme ça la longueur pile-poile parfaite!

Burda02-13 #113(2)_Profil

Hum! Attention à ne pas vous brûler la rétine avec les radiations lumineuses émanant de mon teins hâlé…

Burda02-13 #113(2)_Avant

Je n’ai pas chômé côté couture ces temps ci… malheureusement j’ai du retard dans les photos car le soleil n’a pas beaucoup pointé le bout de son nez ces derniers temps…