Le manteau de mariage

On continue dans la série des mariages. Sauf que là, pour un mariage de Novembre (Novembre 2014 hein, faut pas croire que j’ai tout fait d’un coup, j’ai de quoi faire une bonne quinzaine d’articles sans toucher ma machine à coudre ), il faut bien plus qu’une robe ! C’est donc un manteau de mariage que j’ai eu la lourde tâche de coudre.

Je ne suis pas allées dans des contrées couturistiques inconnues, puisque j’ai réutilisé le patron de mon premier manteau, le patron pochette Simplicity 7461 (apparemment, il a changé de nom, et maintenant c’est la pochette 2508)

Simplicity2508.png

Les manteaux ne nécessitant pas un ajustement aussi précis que les robes, et que en plus la mariée vit à 500 Km, je me suis contentée de ses mensurations pour directement réaliser la version définitive du manteau.

Le manteau est cousu en taille 40 dans un drap de laine Italien gris provenant de CB Tissus, à Grenoble.Comme le tissus est assez fluide, le col et les pans croisés avant sont thermocollé avec un non-tissé. La doublure est en satin de polyester épais. Et puis pour éviter d’avoir à faire des boutonnières sur deux épaisseurs de lainage, les boutons sont uniquement décoratifs puisque le manteau se ferme avec des grosses pressions cousues à la main.

Bien que le gris de ce tissus est joliment lumineux, j’ai égayé le manteau avec quelques fines arabesque en fil argenté. Bon c’est très discret, tellement discret que j’ai eu du mal à les faire ressortir sur les photos….

Cette deuxième version du patron, et les trois années d’expérience en plus m’ont permis de comprendre l’assemblage de la doublure qui m’avait posé soucis lors de ma première version. Autant les explications sont très bien faites pour ce qui est de l’extérieur, autant il n’est précisé nulle part que la doublure n’est pas une reproduction identique  de l’extérieur du manteau…Et forcément, si on a pas la même chose que sur les schémas, c’est un peu galère de passer à l’étape d’après….  En réalité, la doublure doit être coupée moins longue (le soucis c’est que je ne sais pas de combien, j’ai coupé au feeling… et surtout un peu plus large, afin de pouvoir former un pli d’aisance au milieu du dos. En plus, les explications d’assemblage n’optimise pas l’assemblage des manches, puisque la méthode proposée dit de finir l’assemblage des manches à la main à points glissés une fois le manteau fini, alors qu’une simple technique permet de les assembler bien plus proprement à la machine en même temps que le reste du corps. Je me suis d’ailleurs aidée de ce super tutoriel du blog ‘In the mood for couture‘ pour monter ma doublure, et le résultat est assurément beaucoup plus net que sur ma première version !

ManteauClaire_detail(7)1

Et bien sur, une poche intérieure assez grande pour contenir un chéquier !

ManteauClaire_detailPoche(1)

Ma tante à reçu son colis une semaine avant la date fatidique… Le manteau lui va comme un gant ! Ouf !

ManteauClaire_JourJ.png

Pas plus de détails le jour du mariage malheureusement, la nuit tombe vite en Novembre et le créneau photo a été très serré. Dommage, le manteau sur la robe vieux rose rendait particulièrement bien ! J’ai quelques photos portées du lendemain, mais la lumière n’était pas de notre côté !

 

 

En plus, l’avantage, c’est qu’un manteau de mariage, c’est que contrairement à une robe, on peut beaucoup plus simplement le mettre tous les jours d’après !

Le Perfecto en chutes

Suite au manteau de mon papa (visible ici), il me restait une belle chute de drap de laine marron. Bien trop pour ne rien en faire… Ça aurait été dommage pour un tissus de cette qualité! J’avais d’autre part une chute de satin vert-jaune qui me restait d’un déguisement de la Fée Clochette. Après quelques réflexions, et comme je n’avais pas de petite veste, j’ai transformé ces deux chutes en un perfecto!

J’ai utilisé ce patron, (le modèle 115 du Burda de Mars 2012). Le plus fastidieux a été de faire rentrer toutes les pièces dans mes chutes de tissus… Je n’ai d’ailleurs pas pu tout faire rentrer, et j’ai du acheter de la flanelle de laine marron pour pouvoir réaliser les bracelets d’ourlet et de manches (vous pourrez le voir sur les photos). Heureusement, j’ai trouvé quasiment la même teinte. Le paradoxe de l’histoire c’est que du coup il me reste une chute de flanelle…Je trouverai bien quoi en faire!

Perfecto_restestissus

Voila tout ce qu’il reste du drap de laine et de la doublure – elles vont pouvoir rejoindre le carton des mini chutes

Ce projet est aussi à l’origine de mes premières poches passepoilées! (YES! ça fait au moins une bonne résolution réalisée pour 2013!) Ça fait peur, mais en fait ce n’est pas si terrible que ça, surtout avec ce tuto. Je n’ai pas mis les fermetures éclairs aux poches comme il était prévu par le modèle car les dents font mal aux poignets quand on met les mains dans les poches! Et moi j’aime bien avoir les mains dans les poches!

J’ai pris énormément de liberté par rapport aux instructions, surtout pour ce qui est de la doublure de la veste, parce qu’elles me semblaient vraiment se compliquer la vie! Alors je l’ai fait à ma façon, et c’est allé comme sur des roulettes! Pour que tout soit nickel, j’ai assemblé le bracelet d’ourlet à la doublure en cousant à la main (vous pouvez le voir sur la photo de la doublure). J’ai fait pareil pour l’intérieur des bracelets de manche.

Perfecto(1)Perfecto(2)Perfecto(4)Perfecto(6)Perfecto(5)Perfecto_DétailPoche

Perfecto_DétailDoublure

J’ai ajouté une poche intérieure au format de mon chéquier, bien à l’abris des mains baladeuses

Sur le plan technique, j’ai réalisé une taille 38 pour un 38 du commerce, et niveau carrure c’est parfait! Les manches sont un peu serrées, je ne peux pas mettre de gros pull en dessous, mais ce n’est pas grave car il s’avère être bien chaud ce perfecto! J’avais peur qu’il soit trop court mais c’est pile ce qu’il faut. Il ne faut juste pas lever les bras, mais ça je crois que c’est un inconvénient inhérent aux perfecto!

Vivement que le printemps pointe le bout de son nez!

La veste LedZep

Aujourd’hui je vous montre juste une petite veste, faite à partir d’un de mes vieux sweat-shirt du Lycée.

Bon comme je suis novice en blog, j’ai oublié de prendre une photo de l’aspect à l’origine. Mais ce n’est pas difficile à s’imaginer : une veste en sweat à capuche, composé de deux carrés immenses (taille L de monsieur!) et deux rectangles pour les manches. Le niveau zéro de la forme quoi. (Autant vous dire que je ne l’avais pas beaucoup porté en l’état…)

Le tissus est même un peu pourri…tout bouloché…mais ce sweat a UN intérêt majeur : il est sérigraphié et je l’adooore! En plus comme j’avais besoin de petites vestes confortables fissa, c’était l’occasion.

Et pour le coup, je me suis moi-même bluffée de pouvoir passer de ce truc informe à une veste que j’aime déjà d’amouuuur.

VesteLZ_Avant2

VesteLZ_Avant1

VesteLZ_Avant3

VesteLZ_DosCapuche

Yeah!

Techniquement, j’ai re-dessiné les cotés avant et dos d’un coup en partant d’un de mes patron de tee-shirt et re-dessiné des emmanchures (pas juste des rectangles…). J’ai aussi supprimé la fermeture éclaire centrale, ajouté un peu de molleton gris au bout des manches car elles étaient trop courtes pour ajouter de la couleur (humhum…) et placé des  boutonnières en faisant se superposer les avants. Et voila!